Comment fonctionne une machine à sous de casino

Malgré son évolution constante depuis son apparition, il y a une centenaire, les fabricants ont pu garder le même principe. Auparavant, la première conception se composait de 5 tambours, comportant chacun dix cartes et que des symboles. Au sein des casinos actuels, on peut rencontrer plusieurs types de machines à sous avec des fonctionnements différents.

Les machines à sous des casinos : leur fonctionnement originel

L’invention de la première machine à sous a été créée en 1891, par Charles Augustus Fey. À cette époque, le seul modèle disponible était mécanique, qui ne disposait que de trois rouleaux de filatures. Face aux machines à sous actuelles, les anciens modèles pesaient extrêmement lourds, car ils étaient tout à fait mécaniques. Les machines à sous-mécaniques originales renfermaient des disques crantés, une poignée, des rouleaux, une came, des kickers et des butées. Désormais, des programmes informatiques remplacent toutes ces pièces. Autrefois, les premières machines n’utilisaient que d’une série de poulies. Auparavant, elles permettent de gagner des bonbons et de l’argent.

La motorisation des machines à sous des casinos électriques

Les fabricants des machines à sous ont connu une réelle révolution, en matière de conception. En 1963, la première machine à sous motorisée, ainsi que son paiement, a fait son apparition. Cependant, elle disposait d’une trémie, des sons et des lumières. Grâce au système électromécanique, le recours à la tricherie est devenu si tellement difficile. C’était également l’apparition des machines à sous qui disposent de plusieurs pièces. Grâce à ce système, on peut profiter des jackpots beaucoup plus significatifs. Cette nouvelle conception et l’intégration des solénoïdes ont amélioré considérablement la réputation des machines à sous, au sein des casinos.

A lire aussi  Le principe du PTZ : Des financements d’argent pour votre projet de logement

L’informatisation des machines à sous des casinos

Au début des années 80, les casinos ont encore connu une nouvelle révolution, grâce à Inge Telnaus. C’est par le biais de la mise au point d’un brevet de l’utilisation de l’informatisation. Cela contribue à la détermination des résultats, à l’aide du moulinet virtuel. Cette nouvelle conception a été fortement appréciée par les propriétaires des casinos. Cela a entraîné l’oubli des véritables bobines physiques, permettant aux anciennes machines à sous de compter. Grâce à l’informatisation, on peut numéroter facilement et efficacement ces bobines virtuelles. La séquence des numéros varie en fonction des paiements de combinaisons et permet de tirer les numéros des combinaisons gagnantes.

La mise en ligne des machines à sous des casinos

L’origine de la mise en ligne des machines à sous a commencé au Royaume-Uni. Elles utilisent le même système que l’informatisation, mais elles ne se jouent que sur un appareil via l’internet. Il s’agit d’un exemple le plus véritable des jeux virtuels. Le RNG ou le générateur de nombres aléatoires, que l’on utilise en ligne, conserve le même concept. Actuellement, on peut rencontrer de manière plus fréquente des jackpots au-delà d’un million d’euros. Cela se profile par le biais de sites de jeux en ligne et le nombre de prestataires connaît une constante augmentation. C’est grâce à l’accroissement de la demande des consommateurs.

Les machines à sous et ses différents symboles

Le manque de connaissance sur les symboles peut provoquer la perte, lors des jeux sur les machines à sous. Pourtant, certains permettent de profiter des avantages considérables. Les symboles suivants sur les plus essentiels à connaître sur une machine à sous, en matière de paiement :

  • Les wilds peuvent remplacer tous les symboles, c’est un joker
  • Les scatters permettent d’accéder aux parties gratuites (free spins)
  • Les multiplicateurs qui se reconnaissent sous le symbole de « X » précédé d’un chiffre, multipliant les gains
  • Les bonus pour l’accès aux autres jeux
  • Le jackpot pour le gain d’une somme d’argent accumulée
A lire aussi  Les impacts du divorce sur la retraite