Les impacts du divorce sur la retraite

Le divorce a un impact sur le plan financier notamment pour les seniors. Le couple qui se sépare voit, en effet, diminuer leurs ressources. Avant le divorce, les biens ont été mis en commun. Et après, il faudrait trouver un nouveau toit, une nouvelle voiture pour l’un des époux. Et si par malheur, cela se passe à l’approche de la retraite, la situation est d’autant plus précaire. Pour y remédier, des solutions existent. Un petit point sur la prestation de compensation et la pension de réversion.

 

Qu’est-ce que la prestation compensatoire ?

Si après le divorce, la différence de revenu entre les anciens époux est très forte. Une prestation compensatoire est envisageable. Il s’agit de réduire l’inégalité entre les pensions perçues par les deux anciens conjoints. C’est le juge qui décide de la procédure à suivre dans ce système compensatoire. Celui qui a le plus de revenus va effectuer un versement à celui qui en possède moins. Une prestation qui n’est pas soumise à un barème de prix. Toutefois, le juge va voir de près des critères comme la santé, l’âge ou encore la durée de l’union. Dans la plupart des cas, la compensation se fait par le versement d’une somme mensuelle, d’une donation de bien immobilier ou mobilier et d’un capital.

 

Que faire si le conjoint décède ?

Une fois qu’un couple a été marié, chaque époux peut prétendre à la retraite de son conjoint. Si le décès de celui qui payait la compensation survient. L’ancien époux peut jouir d’une pension de réversion. Toutefois, il faut faire la demande et suivre les formalités. L’obtention de cette pension est soumise à des conditions telles que les ressources existantes, l’âge ou encore le statut marital. Si l’ex-conjoint s’est remarié, il faudrait que l’ancien époux partage la pension avec le nouveau. De ce fait, le calcul se fera en fonction de la durée du mariage pour chaque époux. En général, cette pension est acceptée si le demandeur n’est pas marié et que son revenu annuel est inférieur à 19 614,10 €. Et s’il est en couple, le revenu annuel du foyer doit-être inférieur à 31 383,04 €.