Tout savoir sur le vote blanc

Il est important d’accomplir son devoir de citoyen en participant aux élections, qu’elles soient législatives, communales, présidentielle. Et pourtant, certaines personnes préfèrent rester à la maison au lieu d’aller au bureau de vote de leurs communes. Bien entendu, elles sont libres de prendre leurs propres décisions. Le plus étonnant c’est que quelques-unes d’entre elles ne savent pas comment voter blanc lors d’une élection. En tout cas, il n’est pas trop tard pour apprendre les différences entre un vote blanc et un vote nul.

 

Vote blanc et vote nul : deux choses différentes

Il est tout à fait envisageable de glisser un bulletin vierge dans l’urne électorale au cas où le citoyen ne veut pas choisir entre les différents candidats. D’un point de vue concret, c’est ce que l’on appelle un vote blanc. Quoi qu’il en soit, certaines personnes pensent qu’un vote blanc est similaire à un vote nul. Et pourtant, ce sont deux choses qui ne doivent pas être confondues. En tout cas, un vote est dit blanc lorsque l’enveloppe à glisser dans l’urne électorale est vide. Par contre, si celle-ci comporte le nom des deux candidats (en cas de deuxième tour), le vote sera nul.

La loi du 24 février 2014 dispose que les bulletins blancs sont décomptés séparément des votes nuls en tant que tels dans le procès-verbal dressé par les responsables du bureau de vote. Bien entendu, les bulletins déchirés ou annotés sont considérés comme des votes nuls. En conséquence, ils ne seront pas pris en compte dans le nombre des suffrages exprimés.

 

Le fonctionnement du vote blanc

Une fois que le citoyen a compris les différences entre le vote blanc et le vote nul, il ne peut pas tomber dans la confusion dans l’isoloir. Il saura que s’il décidait de glisser un bulletin vierge (exempte de nom des candidats) dans l’urne d’élection, son vote sera blanc. Il pourrait d’ailleurs écrire plusieurs noms dans l’enveloppe. Mais dans ce cas, son vote sera nul. Il est bon de noter que les personnes qui préfèrent voter blanc souhaitent, en général, se démarquer du choix proposé par l’élection. De leurs côtés, les citoyens ayant décidé de glisser un bulletin déchiré (vote nul) veulent exprimer leurs colères envers le gouvernement.

Bien sûr, si le citoyen ne veut pas participer à une élection ou à des opérations de référendum, il peut toujours se tourner vers l’abstention qui se traduit par un désintérêt total pour la vie publique.