Revenge porn : comprendre le phénomène et son impact sur les victimes

L’avènement du numérique a brisé de nombreuses frontières, dont une grande partie au niveau des interactions humaines. Si les nouvelles technologies ont supprimé les barrières géographiques et sociales, elles ont aussi contribué à étendre les possibilités juridiques. Sur les réseaux sociaux, cette accessibilité des échanges n’est pas toujours positive. Depuis quelques années, le revenge porn, ou pornodivulgation, est devenu une pratique courante avec des conséquences bien réelles.

Comprendre le revenge porn

Le Revenge Porn, également connu sous le terme « pornodivulgation » en français, est une pratique qui consiste à diffuser des photos et/ou des vidéos explicites sans l’accord de la victime. Ces contenus peuvent avoir un caractère intime ou sexuel, et sont exploités par un ancien partenaire dans le but de se venger. La pratique a pour but d’humilier, voire de faire chanter la victime. Si cet acte nuisible touche les deux sexes, les femmes représentent près de 90 % des victimes qui témoignent sur le blog sos arnaque webcam.

Le revenge porn est généralement le fait d’un petit ami éconduit. S’il a pour objectif d’intimider ou d’embarrasser, le revenge porn est une forme d’agression qui commence au sein d’un couple ou par un partenaire avec lequel vous avez eu des relations intimes. Dans la majorité des cas, les contenus utilisés ont été enregistrés à la connaissance et avec le consentement de la victime. Moins souvent, ils sont réalisés à son insu, dans le seul but d’obtenir des éléments compromettants. Les vidéos et les photos ensuite divulguées ont un impact direct sur la réputation des victimes.

Le revenge porn est utilisé pour contraindre à différents actes de nature sexuelle ou servant les intérêts du maître chanteur. Souvent, il vise, à maintenir une relation à laquelle la victime essaie de mettre fin. La pornodivulgation est une forme de harcèlement sexuel qui est devenue courante après une rupture. Si elle est considérée comme un cas de cyberviolence, beaucoup l’utilisent aussi pour arnaquer ou extorquer des fonds.

Une forme de chantage psychologique

Le phénomène est né avec l’évolution des appareils connectés. Il joue sur la peur de la victime à être jugée par rapport à son comportement sexuel. Cette vengeance à caractère pornographique est utilisée pour faire naître un sentiment de honte et de culpabilité. Les femmes, qui sont les premières concernées, la subissent comme une concrétisation des pressions avec lesquelles elles se retrouvent confrontées au quotidien. Le revenge porn exploite ces craintes vécues, et pourtant taboues qui lui permettent de s’étendre.

En dehors de bouleverser un rapport à la pudeur qui devait rester dans l’intimité, cette forme de chantage psychologique. En craignant d’être exposée nue à ses proches et au grand public, la victime est soumise à des souffrances psychologiques qui la poursuivent au quotidien. Pour le harceleur, la logique de la manœuvre peut se résumer à une tentative de contrainte. Souvent, les hommes (et les femmes !) qui y ont recours sont convaincus que leurs victimes leur doivent quelque chose. Le revenge porn peut aujourd’hui être associé à la notion de viol, dans le sens où le harceleur estime que sa victime a des devoirs envers lui, et qu’elle ne peut s’y dérober.

De la recherche de la vengeance pornographique découle l’envie de « punir » une personne qui souhaite s’éloigner de vous. Si cette punition passe par l’humiliation, c’est aussi parce que le revenge porn cultive l’idée qu’une femme qui se fait agresser le mérite. La popularité du revenge porn est aussi due à la conscience collective qui cherchera d’abord à blâmer et à juger la sexualité féminine, avant de la poser en victime. Contrairement aux hommes qui cumulent les conquêtes, les femmes qui vivent et assument leur liberté font régulièrement l’objet d’insultes et d’un harcèlement collectif.

Les adolescentes sont les premières concernées

Depuis que l’utilisation des réseaux sociaux est devenue courante, les adolescents sont de plus en plus exposés aux nouvelles utilités de ces modes de communication. À une époque de leur vie où les nouvelles expériences forgent la personnalité, peu maîtrisent ou comprennent tous les risques liés aux usages des nouvelles technologies. Si les médias sociaux leur ont permis d’avoir plus de liberté, ils les ont aussi exposés à diverses menaces dont ils ne mesurent pas l’envergure.

Cette exposition aux risques de revenge porn est aussi minimisée, voire ignorée par des parents qui n’imaginent pas ce que leurs enfants peuvent aujourd’hui réaliser avec des smartphones. Il est cependant devenu courant pour les adolescents d’échanger des photos intimes, et de réaliser des vidéos exploitant les premières facettes de leur sexualité. Ces partages, qui se font via les réseaux sociaux ou les outils de messagerie en ligne, représentent autant de possibilités de subir un revenge porn. Les risques que les contenus tombent entre de mauvaises mains sont multiples.

Grâce à la vulgarisation des technologies, ce sont plus de 40 % des adolescents qui envoient ou postent régulièrement des photos/vidéos plus ou moins dénudées. Dans la majorité des cas, ils estiment que ces contenus resteront strictement privés, et leur serviront uniquement à conclure un flirt. Un grand nombre de ces contenus finissent cependant par être partagés dans leur cercle d’amis, et s’éparpillent sans qu’ils ne puissent les supprimer. Il reste possible de demander l’aide d’un site qui aide les mineurs victimes de revenge porn pour se faire entendre et dénoncer ces actes.

Quelles sont les conséquences du revenge porn ?

Que la victime soit adolescente ou adulte, les conséquences du revenge porn se constatent sur plusieurs aspects. En dehors d’une dégradation de sa réputation dans son cercle immédiat, la victime traîne aussi une image négative qui reste gravée sur internet. Les impacts psychologiques sont inévitables. Les personnes qui subissent un revenge porn font face à un isolement social qui grandit avec le temps, et développement une faible estime d’elles-mêmes. Les sujets développent une peur parfois irrationnelle de l’inconnu, et ainsi qu’une forme plus ou moins sévère d’anxiété.

À l’adolescence, ces impacts peuvent être à l’origine d’un décrochage scolaire et à l’absentéisme. Les séquelles psychologiques laissées par le revenge porn peuvent aussi conduire à l’automutilation, et à des actes suicidaires. Ces signaux de détresse sont exacerbés par le sentiment de ne pas être écouté. À l’âge adulte, elles entraînent aussi des troubles psychosomatiques qui minent le quotidien des victimes.